Partenariats

Le Talus

Marseille
2019-2021

Depuis 2019, le Fonds Compagnie Fruitière soutien Le Talus, ancienne friche transformée en ferme urbaine associative pensée comme un laboratoire à ciel ouvert de la transition écologique. Le Fonds soutient plus particulièrement le développement d’un projet pédagogique tourné sur la prise de conscience environnementale des jeunes générations.

  • Référent Projet

    Paul Bouzon

  • logo du partenaire

Le Talus est un projet axé sur le domaine de l’alimentation durable dans un quartier populaire dont une grande partie des habitants n’a pas aujourd’hui accès à des produits locaux de qualité. L’objectif est de faire du lieu un espace vivant centré sur les bienfaits de la végétalisation comestible en ville à la fois pour l’Alimentation mais aussi pour le lien social. La dimension pédagogique cherche à toucher tous les publics cibles (scolaires, jeunes, adultes, retraités…) en diversifiant les outils de sensibilisation et de formation sur l’agroécologie et l’alimentation responsable.

Dans le cadre d’un partenariat avec l’école élémentaire publique d’Air Bel, située dans l’une des plus grandes cités de Marseille, le Talus propose des ateliers pédagogiques de tout au long de l’année scolaire à l’ensemble des classes de l’établissement, afin de permettre aux enfants d’apprendre aÌ identifier et manipuler les plantes, aÌ comprendre le fonctionnement d’un écosystème et aÌ utiliser leurs 5 sens pour créer du lien avec la nature qui les entoure

Chiffres clés

  • 1 école primaire
  • année scolaire 2021/2022 : 14 classes de l’école participent au programm
  • 322 élèves
  • 6 séances d’une durée de 1h30 pour chaque classe
  • 1 responsable pédagogique recrutée en CDI
  • années de partenariat

Témoignage d’une enseignante de l’école Air Bel

 

Ma classe de CM1 a eu l’occasion de profiter du partenariat avec Le Talus. C’était pour eux une première expérience, elle a été bien au delà de nos espérances.

Les enfants ont été totalement enthousiastes. « Ici, TOUT est bien» me disaient ils après le premier quart d’heure d’observation.

La plupart des enfants d’Air Bel ne sortent que très rarement de la cité. L’ensemble des immeubles qu’ils habitent forme une cité de 6 500 personnes, topographiquement fermée du reste de la ville.

Les élèves n’ont aucun contact avec la nature.

Ils se sont très vite emparés du jardin et des taches que Carl leur a confiées.

Un petit groupe a repiqué les salades avec beaucoup d’application, en respectant des règles géométriques précises.

Un autre a chargé des brouettes de BRF (fragments de bois) avant de l’étaler au sol en guise de protection.

D’autres devaient remplir des sacs de compost, matière dont ils n’avaient jamais entendu parler mais qui les a fascinée, autant que les deux grandes pelles qui leur avaient été confiées.

Tous ont pris beaucoup de plaisir à arroser, à découvrir les plantes et à observer les poules.

Sur le plan pédagogique, le jardinage apporte beaucoup. Découverte scientifique, lien avec «ce que nous mangeons», vocabulaire spécifique, respect du matériel et des consignes, autonomie dans l’action, travail coopératif….